Accueil | Contactez-nous | Plan du site | English


Environnement et matières résiduelles

Biométhanisation

La Ville de Saint-Hyacinthe est l'une des premières villes d'Amérique du Nord à produire du biogaz à partir des résidus organiques des citoyens et des entreprises agroalimentaires de la région. Le projet de biométhanisation, développé et géré localement, sert entre autres à alimenter les véhicules et édifices municipaux. Cette approche novatrice, écologique et rentable est issue de la collaboration des 22 autres municipalités de la région, des entreprises agroalimentaires du territoire, ainsi que des deux paliers de gouvernement.

C’est en 2008 que la Ville de Saint-Hyacinthe amorce des recherches pour trouver une solution écologique et économique à l’enfouissement de ses boues d’épuration. À l’instar de plusieurs municipalités, Saint-Hyacinthe appliquait alors, dans ses usines, un traitement biologique à boue activée pour dégrader ses matières organiques. Elle enfouissait ainsi chaque année 14 000 tonnes de ces matières, transportées par camion jusqu’à un site d’enfouissement, représentant 550 voyages de 200 km aller-retour annuellement. La Ville constate alors que parmi toutes les options possibles, la biométhanisation demeure l’avenue la plus prometteuse, autant d'un point de vue écologique que financier.

  • Huit ans plus tard, ce projet fait toujours la fierté de la région et a été cité à titre d’exemple à plusieurs reprises. Il a notamment permis :
  • Une réduction de la quantité de boues d’épuration enfouies chaque année, passant de 14 000 tonnes à 7 400 tonnes;
  • Une diminution des gaz à effets de serre générés par le transport et l’enfouissement de ces boues d’épuration;
  • La valorisation de 10 200 tonnes de matières organiques par année;
  • Une diminution de l’utilisation de diesel (35 000 litres de moins par année) et de carburant (conversion d’une quarantaine de véhicules au gaz naturel);
  • L'utilisation du biogaz produit pour alimenter des édifices municipaux;
  • La transformation des matières organiques en terreau et en fertilisant exempts de pathogènes.

La station d’épuration de la Ville de Saint-Hyacinthe applique un traitement biologique à boue activée pour biodégrader ses matières organiques. Les boues produites par ce traitement sont ensuite acheminées aux biodigesteurs pour être transformées en méthane, qui sert ensuite à combler les besoins énergétiques requis par certains systèmes à l’usine. Les résidus solides restants, appelés digestats, servent pour leur part à fabriquer du fertilisant utilisé en agriculture. En plus de réduire les mauvaises odeurs dans l’air ambiant, ce procédé permet de diminuer la quantité de boues produites. En outre, la valorisation de ces boues à la station d’épuration permet à la Ville d’économiser la somme non négligeable de 1,3 million de dollars par année en frais de transport.

Le Centre de valorisation des matières organiques, lui, est doté d’un système de réception des matières organiques. Celles-ci sont broyées pour produire un consommé, qui est ensuite pompé dans les biodigesteurs de l’usine de biométhanisation. Une flore bactérienne digère alors cette substance et la transforme en biométhane. Une fois purifié, ce gaz naturel peut être injecté dans le réseau de distribution de Gaz Métro.

Le reste des matières organiques provenant de ce processus ainsi que les boues produites par l’usine d’épuration des eaux usées sont déshydratés et acheminés à la plateforme de maturation attenante au CVMO. En 25 jours, elles se transforment en terreau fertile utilisé par la Ville pour entretenir ses parcs et espaces verts. Une partie des boues est aussi dirigée vers un assécheur thermique et transformée en fertilisant utilisé en agriculture.

Le processus complet de transformation des matières organiques par biométhanisation permet à la Ville de générer 50 % de biogaz, 40 % de terreau et 10 % de fertilisant, confirmant la théorie de Lavoisier selon laquelle « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Cette démarche s’inscrit tout à fait dans la conception de développement durable de la Ville puisqu’elle allie des intérêts écologiques, économiques et sociaux.

Le projet de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe est basé sur un modèle d'économie circulaire où les matières résiduelles des citoyens sont réutilisées et valorisées afin d'être transformées en énergie qui, une fois revendue, permet de générer des profits qui contribueront à l'amélioration des services à la population. Ainsi, les résidents, en posant un geste pour l'environnement, contribuent aussi à renflouer les coffres de leur municipalité.

En effet, Gaz Métro s’est engagée en 2015 à acheter les surplus de biogaz produits par la Ville et ce, pendant 20 ans. Grâce aux revenus provenant de cette entente, la Ville de Saint-Hyacinthe prévoit tirer des profits annuels nets s’élevant à plus de 3,6 M$, incluant notamment des économies d’un demi-million de dollars en carburant et en chauffage de ses véhicules et édifices municipaux.

Des subventions totalisant 47,8 M$ de la part du Gouvernement du Québec (Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage), ainsi qu’une aide financière de 11,4 M$ du Gouvernement du Canada (Fonds pour l’infrastructure verte) ont également été des leviers importants dans l’élaboration de cette initiative.

2009-2010

En 2008, une équipe de la Ville de Saint-Hyacinthe est chargée d’étudier le système de biométhanisation, déjà bien implanté en France, en Autriche, en Suisse  et en Allemagne. L'équipe s'informe aussi auprès d'entreprises asiatiques pour compléter ses recherches.

En 2010, la Ville obtient d’importantes subventions du Gouvernement du Québec pour financer son initiative. Le projet est alors lancé et trois biodigesteurs ainsi qu’un assécheur thermique pour transformer les boues d’épuration sont installés.

Cette première phase permet à la Ville de produire 3 600 m3 de biogaz par jour, en plus de générer du terreau et du granulat utilisés pour l’engazonnement et la fertilisation agricole.

2012-2014

En 2012, grâce à une contribution de 11,4 M$ du Gouvernement du Canada (Fonds pour l’infrastructure verte) et de 15,0 M$ du Gouvernement du Québec (Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage ), la Ville accroît sa capacité de traitement des matières organiques par l’acquisition de deux hydrolyseurs, deux digesteurs, deux centrifugeuses et une station de réception des résidus de table et des résidus verts.

Ces nouvelles installations permettent à la Ville d’accroître sensiblement sa production de biogaz et de pouvoir traiter jusqu’à 132 000 tonnes humides de matières résiduelles. La réalisation de cette deuxième phase marque également le début d’une collaboration entre la Ville de Saint-Hyacinthe et Gaz Métro, qui s’engage à se porter acquéreur de la production de biométhane de la Ville.

Saint-Hyacinthe devient alors la première technopole agroalimentaire “verte” offrant à l'industrie des solutions environnementales simples pour le traitement de leurs rejets alimentaires.

Au printemps 2013,  la Ville de Saint-Hyacinthe confirme la poursuite de la phase II de son projet de biométhanisation et annonce la construction du Centre de valorisation des matières organiques (CVMO), ainsi que d’une plateforme de maturation dans le parc industriel Théo-Phénix. Elle procède également à l’agrandissement des installations existantes à l’usine d’épuration, située sur la rue Girouard Est. Ces travaux permettent désormais de traiter les matières organiques à la l’usine d’épuration qui, à l’époque, ne pouvait que prendre en charge les boues. La Ville a donc entrepris :

  • La conversion de 2 digesteurs anaérobies existants en bassins d’hydrolyse;
  • La conservation du 3e biodigesteur existant;
  • La construction de 5 nouveaux digesteurs anaérobiques;
  • La construction d’un bassin de stockage tampon de lactosérum;
  • La construction d’un bâtiment abritant 3 réservoirs de réception qui serviront à entreposer des matières organiques

À l’automne 2013, des négociations sont menées avec certaines entreprises agroalimentaires de la région afin de les inciter à faire traiter leurs rejets alimentaires au Centre de valorisation des matières organiques de Saint-Hyacinthe. En plus de constituer une source importante de revenus pour la Ville, ces entreprises profitent quant à elles d’une issue écologique à la gestion de leurs rejets industriels.

Le 6 octobre 2014, la Ville de Saint-Hyacinthe conclut une entente de principe avec Gaz Métro qui s’engage à lui acheter, chaque année pendant 20 ans, près de 13 millions de mètres cubes de gaz naturel renouvelable produit localement dans son centre de biométhanisation. Les profits générés ont pour objectif de servir à améliorer les services municipaux.

Le 18 novembre 2014, la Ville de Saint-Hyacinthe et la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains signent officiellement une entente relative au traitement par biométhanisation des matières organiques provenant des 23 municipalités desservies par la Régie. Les matières organiques recueillies sur le territoire de la Régie sont désormais traitées au Centre de valorisation des matières organiques de Saint-Hyacinthe au lieu d’être dirigées vers un site de compostage situé à bonne distance du point de collecte. Cette entente permet à la Ville d’avoir accès à plus de 10 200 tonnes de matières organiques et de tirer profit de leur transformation en biogaz.

Le 24 novembre 2014, la Ville de Saint-Hyacinthe inaugure le Centre de valorisation des matières organiques et annonce la mise en fonction de sa première flotte de véhicules municipaux alimentés au gaz naturel, ainsi que de sa station de ravitaillement. Le projet est abondamment couvert par les médias et plusieurs autres villes et pays viennent visiter les installations pour s’en inspirer et intégrer la biométhanisation à leurs projets futurs.

2015-2017

En novembre 2015, la Ville de Saint-Hyacinthe reçoit une aide financière supplémentaire de 22 M$ de la part du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour accroître la capacité de production de son usine de biométhanisation. Cette bonification s’ajoute à l’octroi initial d’une subvention de 25,8 M$ du même ministère en 2011.

La phase III sera complétée en 2016-2017 et prévoit entre autres la conversion de deux biodigesteurs existants en hydrolyseurs, l’installation de cinq biodigesteurs anaérobiques additionnels, de quatre réservoirs de réception de matières liquides et de trois réservoirs de pasteurisation, ainsi que la construction d’une plate-forme de purification. Environ 40 véhicules supplémentaires seront également convertis au gaz naturel, et les installations seront connectées au réseau de Gaz Métro pour y injecter le biogaz.

Au terme du projet, la filière aura atteint sa pleine maturité et produira 13 000 000 m3 de gaz naturel par année. Les installations permettront notamment à la Ville de réaliser:

  • Une valorisation à 100 % des matières organiques de la région;
  • La conversion au gaz naturel de plus de 40 véhicules municipaux;
  • Des profits de plusieurs millions de dollars grâce à la vente des surplus de gaz naturel à Gaz Métro, ce qui permettra au projet de s’autofinancer en quelques années;
  • Des économies de 1,3 million de dollars par an en transport et en enfouissement des boues;
  • Des économies d’un demi-million de dollars par an en carburant, en chauffage des bâtiments et en climatisation;
  • Des économies de plusieurs dizaines de milliers de dollars réalisées sur l’ensemble des coûts du projet

Le projet de biométhanisation de la Ville de Saint‑Hyacinthe a retenu l’attention de différents secteurs municipaux. Le projet s’est notamment illustré en obtenant plusieurs distinctions:

  • Le « Prix en infrastructures municipales », remis par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT), en collaboration avec le Centre d’expertise et de recherches en infrastructures urbaines (CERIU);
  • Les prix « Joseph-Beaubien Or » et Aménagement, urbanisme et développement durable du mérite Ovation municipale de l’UMQ;
  • La « Distinction Jacques-Gaudreau » du Réseau Environnement;
  • Le prix  « Projet visionnaire » de l’Association québécoise des transports;
  • Le prix « Plume d’or », de l’Association des communicateurs municipaux du Québec;
  • Le « Prix des Collectivités durables » de la Fédération canadienne des municipalités;
  • Le prix « Énergia », volet « Geste durable » de l’Association Québécoise pour la maîtrise de l’énergie, présenté par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec;
  • Le prix de « Personnalité de l’année 2014 » de l’Association Pipeline, décerné à Pierre Mathieu, technicien en traitement des eaux, pour son implication dans ce projet.
20 février 2017

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec ACAM Transport pour produire du gaz naturel

20 février 2017

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec Evoleum pour produire du gaz naturel

6 février 2017

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec les Fermes Burnbrae pour produire du gaz naturel

19 décembre 2016

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec Sanimax pour produire du gaz naturel

7 décembre 2016

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec Agropur pour produire du gaz naturel

11 mai 2016

Notre projet de biométhanisation récompensé par l’industrie de l’efficacité énergétique

31 janvier 2016

Investissement Canada-Québec de près de 48 M$ dans le projet bonifié de traitement des matières organiques par biométhanisation à Saint-Hyacinthe

20 janvier 2016

Le projet de biométhanisation de Saint-Hyacinthe reconnu à l’échelle nationale

13 janvier 2016

Saint-Hyacinthe conclut une entente avec Liberté en vue de transformer ses résidus de yogourt en gaz naturel

8 juin 2015

Plus de 350 visiteurs ont découvert les installations de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe

25 mai 2015

Le projet de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe a obtenu le prix Joseph-Beaubien Or, instauré en l’honneur du premier président de l’UMQ, ainsi que le prix Aménagement, urbanisme et développement durable

15 mai 2015

Une plume d’or pour le lancement du projet de biométhanisation de Saint-Hyacinthe

10 avril 2015

La Ville de Saint-Hyacinthe a remporté le prix de « projet visionnaire », remis par l’Association québécoise des transports, pour son projet de biométhanisation

2 avril 2015

Pierre Mathieu, le coordonnateur du projet de biométhanisation à Saint-Hyacinthe, a reçu le prix de « Personnalité de l’année » de l’Association Pipeline

18 mars 2015

Réseau Environnement a remis un premier prix à la Ville de Saint-Hyacinthe pour son projet de biométhanisation

24 novembre 2014

Saint-Hyacinthe transforme le contenu de bacs bruns en gaz naturel pour alimenter des véhicules et bâtiments municipaux

8 novembre 2014

Saint-Hyacinthe transforme les matières organiques de 23 municipalités en gaz naturel

10 octobre 2014

La Ville de Saint-Hyacinthe et Gaz Métro innovent

23 octobre 2013

Biométhanisation : bilan des travaux

11 avril 2013

Biométhanisation : la phase II est bien amorcée

26 juillet 2012

Investissement Canada-Québec de plus de 25 M$ pour un projet de traitement des matières organiques par biométhanisation à Saint-Hyacinthe

21 janvier 2010

La Ville de Saint-Hyacinthe annonce la mise en fonction de son usine de biométhanisation

18 novembre 2009

La Ville de Saint-Hyacinthe primée pour la gestion de l’assainissement des eaux usées

20 mai 2009

Investissement de 9 M$, la Ville se positionne comme une vitrine technologique en matière de traitement des boues de la station d’épuration