Biométhanisation

Biométhanisation

Biométhanisation = traitement biologique qui dégrade les matières organiques et les transforme en gaz naturel (biogaz) et en fertilisant (digestat).

La Ville de Saint-Hyacinthe est l'une des premières villes d'Amérique du Nord à produire du biogaz à partir des résidus organiques des citoyens et des entreprises agroalimentaires de la région. Le projet de biométhanisation, développé et géré localement, sert entre autres à alimenter les véhicules et édifices municipaux. Cette approche novatrice, écologique et rentable, est issue de la collaboration des 24 autres municipalités de la région, des entreprises agroalimentaires du territoire, ainsi que des deux paliers de gouvernement. En plus de faire un bon geste pour l’environnement, elle génère une source de revenus supplémentaires qui servira à améliorer les services offerts aux citoyens.

Les phases du projet

En 2008, la Ville de Saint-Hyacinthe cherche une solution écologique et économique à l’enfouissement de ses boues d’épuration, soit 14 000 tonnes transportées chaque année par camion (550 voyages de 200 km aller-retour annuellement). Parmi toutes les options possibles, la biométhanisation demeure l’avenue la plus prometteuse, autant d'un point de vue écologique que financier.

PHASE I - 2009-2010

Après des recherches auprès d’entreprises françaises, autrichiennes, suisses, allemandes et asiatiques, la Ville de Saint-Hyacinthe décide d’aller de l’avant avec le projet de biométhanisation.

En 2010, elle obtient d’importantes subventions du gouvernement du Québec pour financer son initiative. Le projet est alors lancé : trois biodigesteurs ainsi qu’un assécheur thermique pour transformer les boues d’épuration sont installés.

Cette première phase permet à la Ville de produire 3 600 m3 de biogaz par jour, en plus de générer du terreau et du granulat utilisés pour l’engazonnement et la fertilisation agricole.

PHASE II - 2012-2014

En 2012, grâce à une contribution de 11,4 M$ du gouvernement du Canada (Fonds pour l’infrastructure verte) et de 15 M$ du gouvernement du Québec (Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage), la Ville augmente sa capacité de traitement des matières organiques par l’acquisition de deux hydrolyseurs, deux digesteurs, deux centrifugeuses et une station de réception des résidus de table et des résidus verts.

Ces nouvelles installations permettent à la Ville d’accroître sensiblement sa production de biogaz et de pouvoir traiter jusqu’à 132 000 tonnes humides de matières résiduelles. La réalisation de cette deuxième phase marque également le début d’une collaboration entre la Ville de Saint-Hyacinthe et Gaz Métro, qui s’engage à se porter acquéreur de la production de biométhane de la Ville. Saint-Hyacinthe devient alors la première technopole agroalimentaire « verte » offrant à l'industrie des solutions environnementales simples pour le traitement de leurs rejets alimentaires.

Au printemps 2013, la Ville de Saint-Hyacinthe annonce la construction du Centre de valorisation des matières organiques (CVMO), ainsi que d’une plateforme de maturation dans le parc industriel Théo-Phénix. Elle procède également à l’agrandissement des installations existantes à l’usine d’épuration. Ces travaux permettent désormais de traiter les matières organiques à l’usine d’épuration qui, à l’époque, ne pouvait que prendre en charge les boues.

À l’automne 2013, des négociations sont menées avec certaines entreprises agroalimentaires de la région afin de les inciter à faire traiter leurs rejets alimentaires au Centre de valorisation des matières organiques. En plus de constituer une source importante de revenus pour la Ville, ces entreprises profitent quant à elles d’une issue écologique à la gestion de leurs rejets industriels.

Fin 2014, une entente est signée avec la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains pour traiter les matières organiques provenant des 25 municipalités desservies par la Régie. Cela permet d’avoir accès à plus de 10 200 tonnes de matières organiques.

Le Centre de valorisation des matières organiques est inauguré le 24 novembre 2014 et la Ville annonce la mise en fonction de sa première flotte de véhicules municipaux alimentés au gaz naturel, ainsi que de sa station de ravitaillement. Le projet est abondamment couvert par les médias et plusieurs autres villes et pays viennent visiter les installations pour s’en inspirer et intégrer la biométhanisation à leurs projets futurs.

PHASE III - 2015-2017

En novembre 2015, la Ville de Saint-Hyacinthe reçoit une aide financière supplémentaire de 22 M$ de la part du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour accroître la capacité de production de son usine de biométhanisation.

En 2016 et 2017, deux biodigesteurs existants sont convertis en hydrolyseurs, cinq biodigesteurs anaérobiques additionnels sont installés, ainsi que quatre réservoirs de réception de matières liquides et trois réservoirs de pasteurisation. Une plateforme de purification est aussi construite. Environ 40 véhicules supplémentaires sont également convertis au gaz naturel et les installations sont connectées au réseau de Gaz Métro, devenu Énergir, pour y injecter le biogaz. 

Un procédé novateur

L’usine de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe reçoit les boues produites par la station d’épuration, ainsi que les matières organiques provenant des collectes ou des industries agroalimentaires et broyées au Centre de valorisation des matières organiques (CVMO).

Dans les biodigesteurs, des microorganismes digèrent les matières organiques, privées d’oxygène, ce qui dégage du biogaz (méthane). Celui-ci est récupéré pour servir à combler les besoins énergétiques de certains systèmes de l’usine. Le surplus de ce gaz naturel, une fois purifié, peut être injecté dans le réseau de distribution de Gaz Métro, devenu Énergir. Les résidus solides restants, appelés digestats, servent à fabriquer du fertilisant utilisé en agriculture.

Biomethanisation - Schema-processus

Le reste des matières organiques et des boues provenant de ce processus sont déshydratées et acheminées à la plateforme de maturation attenante au CVMO. En 25 jours, elles se transforment en terreau fertile utilisé par la Ville pour entretenir ses parcs et ses espaces verts. Une partie des boues est aussi dirigée vers un assécheur thermique et transformée en fertilisant utilisé en agriculture.

Le processus complet de transformation des matières organiques par biométhanisation permet à la Ville de générer 50 % de biogaz, 40 % de terreau et 10 % de fertilisant. Cette démarche s’inscrit tout à fait dans la conception de développement durable de la Ville puisqu’elle allie des intérêts écologiques, économiques et sociaux.

Un projet rentable

Le projet de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe, en plus d’être en partie subventionné par les deux paliers de gouvernement, est basé sur un modèle d'économie circulaire où les matières résiduelles des citoyens sont réutilisées et valorisées afin d'être transformées en énergie qui, une fois revendue, permet de générer des profits pour la municipalité. Ainsi, les résidents, en posant un geste pour l'environnement, contribuent aussi à améliorer les services dont ils pourront profiter.

Biomethanisation - Schema-cyclique

Les avantages

Au terme de ce projet, totalisant un investissement de 80 millions $ (42,2 M$ du gouvernement du Québec, 11,4 M$ du gouvernement du Canada et près de 27 M$ de la Ville de Saint-Hyacinthe), les installations permettront notamment à la Ville de réaliser :

  • Une valorisation à 100 % des matières organiques collectées, soit 10 200 tonnes par année, atteignant près de 200 000 tonnes avec l’apport d’entreprises agroalimentaires de la région;
  • Des économies de 1,3 million de dollars par an en transport et en enfouissement des boues, et la diminution des gaz à effet de serre générés par ce transport et cet enfouissement;
  • La transformation des matières organiques en terreau et en fertilisant exempts de pathogènes;
  • La production annuelle d’environ 13 millions de mètres cubes de gaz naturel renouvelable, soit 1,25 million utilisé pour ses besoins et le surplus revendu à Énergir;
  • La conversion au gaz naturel de plus de 40 véhicules municipaux entraînant une diminution de l’utilisation de diesel (35 000 litres de moins par année) et de carburant;
  • L'utilisation du biogaz produit pour alimenter des édifices municipaux;
  • Des économies d’un demi-million de dollars par an en carburant, en chauffage des bâtiments et en climatisation;
  • Des profits de plusieurs millions de dollars grâce à la vente des surplus de gaz naturel à Énergir, ce qui permettra au projet de s’autofinancer en quelques années;
  • Des économies de plusieurs dizaines de milliers de dollars réalisées sur l’ensemble des coûts du projet.

Grâce à ses installations, la Ville de Saint-Hyacinthe offre aux citoyens et aux entreprises agroalimentaires de la région une solution respectueuse de l’environnement et économiquement viable pour la gestion de leurs déchets organiques.

Prix et distinctions

Le projet de biométhanisation de la Ville de Saint‑Hyacinthe a obtenu plusieurs distinctions :

  • Le « Prix en infrastructures municipales », remis par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT), en collaboration avec le Centre d’expertise et de recherches en infrastructures urbaines (CERIU);
  • Les prix « Joseph-Beaubien Or » et « Aménagement, urbanisme et développement durable » du mérite Ovation municipale de l’UMQ;
  • La « Distinction Jacques-Gaudreau » du Réseau Environnement;
  • Le prix « Projet visionnaire » de l’Association québécoise des transports;
  • Le prix « Plume d’or » de l’Association des communicateurs municipaux du Québec;
  • Le « Prix des Collectivités durables » de la Fédération canadienne des municipalités;
  • Le prix « Énergia », volet « Geste durable », de l’Association québécoise pour la maîtrise de l’énergie, présenté par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec;
  • Le prix de « Personnalité de l’année 2014 » de l’Association Pipeline, décerné à Pierre Mathieu, technicien en traitement des eaux et porteur du projet de biométhanisation à Saint-Hyacinthe.

Communiqués

Vidéo informative

Galerie

Biométanisation 1

Biométanisation 19

Biométanisation 20

Biométanisation 21

Biométanisation 22

Biométanisation 23

Biométanisation 24

Biométanisation 25

Biométanisation 26

Biométanisation 27

Biométanisation 28

Biométanisation 29

Biométanisation 30

Biométanisation 31

Biométanisation 32

Biométanisation 33

Biométanisation 34

Biométanisation 18

Biométanisation 17

Biométanisation 2

Biométanisation 3

Biométanisation 4

Biométanisation 5

Biométanisation 6

Biométanisation 7

Biométanisation 8

Biométanisation 9

Biométanisation 10

Biométanisation 11

Biométanisation 12

Biométanisation 13

Biométanisation 14

Biométanisation 14

Biométanisation 15

Biométanisation 16

Biométanisation 35